Nous recrutons: Tu es un IT qui souhaite travailler en Node, Python, Serverless et Cloud dans l'IA ?
plateforme-developpement-low-code-young-app

Développement low-code : nouvel acteur de la transformation digitale

Blog

Développement low-code : nouvel acteur de la transformation digitale

Depuis 2014, les plateformes dite “low-code” attirent de plus en plus l’attention des entreprises. Après de récentes études menées par Forrester, ces dernières présentent une croissance constante, des levées de fonds élevées et un gain de popularité incontestable. En effet, aujourd’hui ce serait donc 8 organisations sur 10 qui utiliseraient une plateforme low-code pour couvrir une partie de leur développement applicatif. Par ailleurs, un second acteur appelé le “no-code” a lui aussi fait son apparition depuis peu. Il reste l’alternative au low-code pour le “citizen developer” qui ne possède aucune compétence informatique, ou très peu. Alors, qu’est-ce que le low-code ? Pourquoi attire-t-il autant nos entreprises ? Quelles en sont les enjeux et limites ? Et en quoi le no-code peut servir de substitut au low-code ? 

Les plateformes low-code

exemple de plateforme de développement low-code

Vous voulez développer une nouvelle application métier mais vous n’y connaissez pas grand chose en code ? Plus besoin de chercher, les plateformes low-code sont la solution. Intégrer, organiser, automatiser, déployer, en bref développer une application avec peu de codage et sans compétences techniques avancées : C’est ce que vous propose les plateformes low-code. Elles vous permettent ainsi de vous concentrer sur le cœur de votre projet et de votre application.  

La technologie low-code permet le développement, la production de services et de logiciels répondant à tous les besoins d’une organisation. Et ce, avec un déploiement plus rapide comparé aux méthodes traditionnelles. Cette logique de développement se présente sous la forme d’interface intuitive, dynamique et rapide d’exécution.  À cet effet, elle est composée de microservices – assemblés sous forme de brique – qui interagissent ensemble. Ces microservices vont s’imbriquer à d’autres connecteurs, lesquels peuvent être de différentes natures. On peut donc retrouver des microservices de traitement, de stockage ou encore de notification. Leur interaction va ainsi permettre la conception de n’importe quel type de processus, et ce de manière rapide. Le low-code ne requiert que très peu de compétences techniques en termes de développement.

 

Exemple de microservices en action au sein d’une plateforme low-code

Cependant, il est important de savoir que le low-code peut s’effectuer sans plateforme d’automatisation. En effet, bien que cette méthode se fasse de plus en plus rare, certains développeurs l’utilisent encore pour la conception d’application en “package”. Ces derniers vont continuer à coder mais de manière beaucoup moins abondante. Grâce à la réduction des lignes par centaines, ils s’occuperont essentiellement du paramétrage. Ce qui peut être remplacé par la mise en connexion des microservices dans le cas inverse. Ainsi, dans cette optique de low-code, le développeur devra posséder plus de compétences techniques en matière de développement.

Le développement low-code: une aubaine pour les entreprises

Les avantages du développement ne se limitent pas à une simple facilité d’utilisation. Ils sont en réalité multiples. Et ce, autant pour le développeur qui va concevoir l’application que pour l’entreprise qui va en bénéficier. Le low-code va garantir à l’utilisateur de la plateforme : 

  • une rapidité d’exécution incontestable. Grâce à la simplicité de création de processus métiers, vous obtiendrez des résultats de manière plus rapide. 
  • Une architecture plus moderne. Vous disposerez de tous les outils nécessaires à la création de votre application, sur une plateforme organisée, dynamique et simple d’utilisation. 
  • Une technologie sécurisée. Le développeur aura l’occasion de se concentrer davantage sur la partie stratégique du projet. Avec la sécurisation des données, il n’aura donc pas à se soucier de la partie opérationnelle du processus correspondant aux données ou au code. 
  • Un déploiement plus rapide. Vous n’aurez plus à vous soucier de l’infrastructure, c’est-à-dire des machines ou des serveurs. 

Tous ces outils vont ainsi permettre à l’entreprise qui en bénéficie d’améliorer ses capacités informatiques existantes d’une part, puis de gagner en évolutivité et en agilité d’autre part. Les développeurs vont ainsi pouvoir se concentrer sur les tâches à plus fortes valeurs ajoutées et s’affranchir des développements complexes. Cela participera à la réduction les coûts pour l’entreprise. Enfin, l’utilisation de ces procédés améliore aussi la communication dans l’entreprise entre les équipes informatiques et le service technique. Ils n’auront plus besoin de communiquer par téléphone ou par boîte électronique, ce qui limitera significativement les erreurs. Ce sont ces nombreux avantages qui ont poussé les entreprises à se lancer dans les plateformes de low-code

Le no-code, l’alternative au low-code

Il nous est impossible d’évoquer le développement low-code sans faire référence à son modèle plus avancé, le “no-code”. Tout comme le low-code, ce dernier a fait son apparition ces dernières années avec une même promesse : développer sa propre application sans aucune expérience en codage. Ces plateformes sont essentiellement destinées au “citizen developer”.  En effet, plus aucune connaissance en codage ne sera nécessaire pour concevoir son processus métiers. Ce dernier pourra être entièrement créé à partir d’une plateforme dynamique, organisée et souvent très simpliste. Cependant, l’absence de code va limiter l’utilisateur du no-code quant à la complexité et donc la personnalisation de son application. Il risque malgré tout, de devoir faire appel à un développeur professionnel. Pour les projets de petite taille et les besoins minimes, l’entreprise favorisera donc le no-code. En revanche, pour tout projet à vision plus stratégique, il est préférable de s’orienter vers le low-code.