Nous recrutons: Tu es un IT qui souhaite travailler en Node, Python, Serverless et Cloud dans l'IA ?
Cloud-on-premise

Cloud vs On premise

Blog / Cloud et Big Data

Cloud vs On premise

 

Cloud ou On premise ? C’est la question que se pose de nombreuses entreprises lorsqu’il s’agit d’héberger leurs données. Alors que depuis des années nos organisations favorisaient naturellement le “On premise”, depuis 2015 la tendance a changé. En effet, aujourd’hui c’est près de 70% des entreprises qui investissent dans le Cloud public pour dynamiser leur transformation digitale. Les grands acteurs du marché : Amazon, Microsoft et Google. En 2018, ce marché s’élevait déjà à 184,4 milliards de dollars selon Gartner. Alors que choisir entre nos propres serveurs on premise et les clouds publics ? Nous allons ici comparer ces deux services, pour vous aider à faire le meilleur choix.

La solution On premise

Lorsque nous parlons d’hébergement “On premise”, on fait allusion à l’installation de la solution sur l’infrastructure de l’entreprise. L’obtention de ce logiciel se fait souvent avec l’achat de ce dernier ou d’une licence d’utilisation. On peut comparer son acquisition à celle du logiciel Microsoft Word où il vous faut une licence pour l’utiliser. 

 

Pourquoi favoriser le On premise ?

Bien que le Cloud s’impose de plus en plus comme leader sur le marché, la solution On premise reste encore l’option numéro 1 pour certaines entreprises. En effet, les deux grands arguments en sa faveur sont : la confidentialité et la personnalisation. 

En ce qui concerne la confidentialité,  les entreprises types comptes ou société publics optent très rarement, si ce n’est jamais, pour la solution cloud. Et ce, pour la simple et bonne raison que les données nécessitent un haut niveau de confidentialité. De plus, héberger ses données avec un mode On premise va permettre à l’entreprise d’avoir un meilleur contrôle sur ces dernières. Elle peut de ce fait, limiter tout  piratage informatique ou cybercriminalité.  

Pour ce qui est de la personnalisation, le système On premise reste beaucoup plus modifiable. L’organisation a ainsi la possibilité d’adapter aussi bien les besoins que les exigences spécifiques. C’est-à-dire qu’elle pourra configurer, paramétrer des options en plus ( ou en moins) sur ses données par exemple. 

Les points noirs du On premise

La mise en oeuvre

Si la solution On premise fait beaucoup d’adeptes, cette dernière possède tout de même quelques tares.  On peut compter par exemple, son temps de mise en oeuvre. En effet, les fournisseurs de cloud public seront beaucoup plus rapide car c’est une tâche quotidienne pour eux. L’entreprise “cliente” quant à elle, aura plus de mal. Développer son serveur à l’interne va alors être plus long. L’installation et les frais de mise en services sont les deux grands facteurs qui vont faire perdre un temps précieux à l’entreprise. 

Le prix

Le second point faisant défaut à cette solution, est bel et bien son prix. Héberger en On premise, nécessite que l’entreprise possède les ressources financières adéquates.  De plus, la maintenance corrective et améliorative va entraîner des frais supplémentaires récurrents. 

Par ailleurs, qui dit mode d’hébergement personnalisable dit aussi projet complexe et sur du long terme. Ainsi, utiliser ce mode d’hébergement demande alors un investissement initial important de la part de votre entreprise. 

La solution Cloud

Contrairement au On premise, un logiciel Saas ou “Cloud public”, est une solution hébergée sur le serveur d’une entreprise externe. Ce mode d’hébergement est donc accessible grâce à un navigateur web.

A l’inverse de la solution On premise, l’obtention d’un logiciel cloud public se fait sous forme d’abonnement aussi bien annuel que mensuel. Vous vous engagez ainsi sur plusieurs mois bien que vous pouvez résilier à tout moment. Comme tout logiciel externe, des frais liés à l’assistance, à la formation ou encore aux mises à jours sont à prévoir. Cependant, là est l’avantage du cloud : les frais sont inclus dans l’abonnement. 

Son acquisition étant sous forme d’abonnement, l’hébergement en cloud public est souvent utilisé pour des besoins simples ne nécessitant pas de personnalisation spécifique. 

Pourquoi favoriser le Cloud ?

Bien que le cloud public a parfois peiné à gagner la confiance de ces utilisateurs, il est désormais bien ancré dans la stratégie de beaucoup d’entreprises. La raison de leur réticence ? La sécurité tout simplement. Et les grands fournisseurs ont bien compris que là était leur problème. Ils ont donc mis en place des normes strictes en termes de sécurité des données.

Ainsi, les acheteurs de logiciel cloud peuvent désormais rechercher un audit de sécurité auprès de leur futur fournisseur. Grâce à l’amélioration de l’aspect sécurité et ces autres avantages, ce mode d’hébergement convertit un grand nombre d’individus. Le marché mondiale du cloud public devrait d’ailleurs s’élever à 227 milliard de dollars en 2021.

Par ailleurs, les avantages du cloud restent multiples. Les premiers adhérents disent avoir adoptés le cloud pour des facteurs tels que son accessibilité, sa facilité d’utilisation et le gain de temps qu’elle génère. Et ils n’ont pas tort sur ses points. En effet, la solution SaaS va permettre à son utilisateur d’avoir accès à l’espace de stockage depuis son téléphone. 

Outre son accessibilité, c’est le gain de temps générer à l’entreprise qui a charmé les consommateurs. L’assistance et les mises à jours étant à la charge du prestataire extérieur, l’entreprise n’a pas à s’occuper de cette tâche. Elle peut ainsi investir son temps dans d’autres missions à haute valeur ajoutée qui lui rapportent plus d’argent. 

Enfin, le dernier argument, et pas des moindres, la rapidité et facilité d’utilisation. Une fois l’externalisation de vos données conclut, la création des différents profils utilisateurs se fait de manière rapide. Vous aurez ainsi le droit à un accès fonctionnel quasi immédiat sur votre surface designer pour vous faciliter son utilisation.

Les points noirs du Cloud

La sécurité 

Bien que les fournisseurs cloud ont essayé d’améliorer ce point au travers de normes, il reste cependant, l’un de leur plus grand inconvénient. En effet, de nombreuses entreprises refusent encore aujourd’hui d’adhérer au cloud car ils estiment que les risques de piratages, d’intrusion ou encore de vol de données restent plus élevés qu’avec un hébergement On premise. De plus, ces organisations ne veulent pas prendre le risque qu’un des utilisateurs ne referme pas sa session. Ceci peut causer problème dès lors qu’il est sur un appareil accessible par un autre individus extérieur à l’entreprise. 

Un contrôle et une flexibilité limité 

L’infrastructure de votre entreprise étant gérer et surveiller par le prestataire, vous aurez souvent un contrôle très réduit sur la gestion de vos données. De plus, chez certain fournisseur cloud, les politiques de gestion mais aussi la licence, peuvent imposer des limites à votre entreprise. Et ce, en matière de déploiement la plupart du temps. 

Le choix final

Maintenant que vous avez les pour et les contres des deux solutions, c’est à vous de faire votre choix. Alors voici un tableau récapitulatif de ce que nous avons vu tout au long de cet article.

Tableau comparatif Cloud vs On premise

Si votre cœur balance toujours, consultez la plateforme Young App. Cette plateforme d’intégration peut aussi bien vous aider au niveau du cloud que du On premise.